Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par mwalimu Ladislas kinyali

                         Depuis l’éclatement de deux guerres successives dites de libération en République Démocratique du Congo, la Province  du Nord-Kivu est particulièrement affectée par les méfaits et conséquences de ces guerres. La haine ethnique y a pris de l’ascenseur, les conflits fonciers y font parler d’eux-mêmes. D’où, la présence des bandes armées dont ni le gouvernement ni les leaders des tribus n’ont de main-mise.

                         Les conséquences sur la pauvre population sont innombrables : des pillages sont en répétition, des maisons sont continuellement brulées dans des villages, des champs et élevages sont ravagés, des tueries à l’arme blanche sont signalées ça et là, les viols faits aux femmes passent en outrance,… La population est réellement dépourvue de ses biens et est très instable.

                          En prêtant une oreille attentive aux uns et aux autres, tous s’accordent sur une lutte sauvage pour se libérer de ces atrocités. La question que les hommes avertis peuvent se poser est celle de savoir si les combustibles sont mieux placés pour éteindre le feu. L’histoire nous révèle toujours le contraire ; et, les exemples sont multiples : Somalie, conflit israélo-palestinien,…

                          De ce fait, nous dirions que la paix est toujours résultat d’une voie négociée : la non-violence.

                          C’est dans cette logique qu’il est souhaitable, pour le Nord-Kivu, d’adhérer aux idées des partisans de la non-violence, à l’occurrence MAHTMAN GANDHI, MARTIN LUTHER KING, NELSON MANDELA.

                          Dans le cadre d’une paix durable, Nelson MANDELE avait-il dit un jour: «  Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé » (Nelson MANDELA, un long chemin vers la liberté). Dans la communauté internationale, Mandela est ainsi présenté comme une « incarnation de la non-violence à l’échelon planétaire » (www.la-croix.com/article index.jsp). A l’occasion de ses 91 ans, le Président américain Barack Obama déclare a propos de Mandela que « sa vie nous enseigne que l’impossible peut se réaliser» (www.le monde.fr/Afrique/article/2009)et le Secrétaire Général de l’ONU Ban ki-moon qu’il est « citoyen du monde exemplaire » et « incarnation vivante des plus hautes valeurs des Nations unies. Son engagement envers une Afrique du Sud démocratique, multiraciale ; sa poursuite tenace de la justice ; sa volonté de se réconcilier avec ceux qui l’ont le plus persécuté-ce sont certaines des caractéristiques d’un homme remarquable » (Radio Chine internationale, 18/07/2009). Pour le Président français Nicolas Sarkozy, « Nelson Mandela représente un espoir pour l’humanité. C’est un homme qui est responsable de la réussite exceptionnelle de l’Afrique du Sud, de cette coexistence multiethnique. C’est un symbole pour beaucoup d’entre nous » (Le figaro, 29 février 2008). Pour Abdou Diouf, le Président de l’organisation internationale de la francophonie, Nelson Mandela est « le plus grand homme encore vivant sur terre » (Les Afriques, 22/04/2010).

 Parlant de GANDHI, synthétiserions-nous ses idées sur la non-violence en dix commandements présentés de la manière suivante :

1° Avoir un respect absolu de la personne humaine, c’est-à-dire ne jamais tuer ni blesser en paroles ni ou en acte ;

2° S’attaquer au mal et non à la personne qui le fait ;

3° Se garder de la haine ;

4° Agir avec une fermeté permanente dans la société ;

5° Ne jamais se taire ni courber la tête devant l’injustice ;

6° Refuser de s’habituer au mal ;

7° Chercher, dire, et servir la vérité dans l’amour en toute situation ;

8° Savoir risquer sa vie et surmonter la peur de la mort ;

9° Désobéir aux ordres de n’importe quelle autorité visant à détruire et à humilier le peuple ;

10° S’enraciner dans la prière pour s’imprégner.

Bref, pour une pacification durable du Nord-Kivu, peut-être aussi de l’Est de la République Démocratique du Congo, il faut la voie de la non-violence.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article